ES SARNALHÈRS

Patrimonio - Etnologia - Arte

FR
ES/ FR
focus / articles / ETH CÒRN – conque
.

Caroline Bouissou
artiste et chercheure CTEL & AOEE Université Côte d’azur
© Es Sarnalhèrs

« Eth còrn » ou « era cargòlha » : coquillage de la famille des Charonia lampas, trouvé dans le Golfe de Gascogne. Il s’agit d’un grand coquillage perforé à son extrémité, également appelé « aurelha de peis », « cauquilha », « conca », « conque », « carcòlhs », « aérophone »… Son calibre ou la forme de la cavité intérieure, conique, amplifie le son. Il est connu ici à Bausen et dans tout le pays occitan. Dans certaines régions de l’Aveyron (Occitanie française), le propriétaire ou l’un de ses employés réveillait la ferme chaque matin avec cette trompette. En Ariège ou dans le Comminges, le jour de la Saint-Jean, lorsqu’on allumait le eth haro, les jeunes soufflaient dans les « carcòlhs ».
On les entends sonner encore à Canejan le jour des « Barbacans ».
« À Bausen, il y en avait un dans chaque maison, utilisé par les grands-parents pour appeler le bétail. On pouvait entendre ce son distinct dans toutes les montagnes alentour ». Juanito et Teresita (90 ans).

« Eth còrn » est lié à un passé plus ancien de la culture humaine comme l’atteste l’article (02/2021) de Laure Caillote, journaliste scientifique au CNRS. On savait que les hommes du Paléolithique avaient une culture musicale et des flûtes faites d’ossements avaient été trouvées, mais c’est la première fois qu’un tel instrument est retrouvé.

(Extrait sonore en article du CNRS + Radio France culture

Un coquillage marin vieux de 18 000 ans modifié par l’homme pour en faire un instrument de musique ou de son. L’extrémité de la coquille a été séparée, un deuxième trou a été pratiqué à l’intérieur de la coquille, et une autre modification a été apportée au bord extérieur du pavillon de la coquille pour le rendre plus étroit. Ces modifications trouvées dans la coquille de la grotte de Marsoulas, Pyrénées, se retrouvent également dans les spécimens locaux et nous pouvons dire que la transformation de la coquille marine en trompette reste identique.

Sce article du CNRS

préparation, réparation

© Es Sarnalhèrs

Les coquillages ont l’extrémité sciée afin de pouvoir souffler dedans le son passe dans les cavités de la coquilles et ressort par la partie évasée
Ici par exemple on y pose de la cire pour colmater les trous d’une coquille abîmée ou pour en adoucir l’embout. On utilise de la cire d’abeille ou de la cire à cacheter qui est plus solide. 

© Es Sarnalhèrs

Merci à Ostau Comengés et en particulier à Bernat Menetrier